Tour du Valier : Estours - Port d'Aula - Montgarri (Etape 2/2)

par jpr31 - édité le 21 novembre 2020, créé le 19 juillet 2012 il y a 1 semaine (autres traces de l'auteur)
UtagawaVTT est entièrement gratuit
Avis moy. :
0 avis
Avis :
Excellent :
0%
Bon :
0%
Moyen :
0%
Médiocre :
0%
Horrible :
0%
10 h 61 km 2500 m 2500 m
AM / XC Non 2400 m Non

All Mountain / XC : C'est la randonnée classique avec en général autant de dénivelé positif que négatif lorsqu'il s'agit d'une boucle. Les chemins sont roulants et l'effort est plus physique que technique. Il n'y a quasiment pas de portage et le parcours peut se réaliser avec un vélo semi rigide.

Enduro : L'intérêt du parcours est avant tout axé sur la descente (souvent technique voire engagée), la montée se fait par la route et/ou des chemins larges et le plaisir est à la descente. Vélo tout suspendu obligatoire.

DH / Gravity : Seule la descente se passe sur le vélo. La montée est faite via navette ou remontée mécanique. La difficulté de la descente est indiquée par des couleurs lorsqu'il s'agit de bikeparks. Vélo tout suspendu et protections du corps obligatoires.

Rando compatible VAE (VTT à Assistance Électrique) :

Vérifié : L'auteur l'a parcourue en VAE.

Possible : L'auteur ne l'a pas parcourue en VAE mais aucun portage n'est nécessaire. La rando comporte éventuellement des poussages.

Non : L'auteur ne l'a pas parcourue en VAE et des portages sont nécessaires.

Activité récente : 21 fois 0 fois
Massif Pyrénées
Carte(s) IGN 2048OT Carte IGN papier
Cotations et Indicateurs de difficulté
Cotation UtagawaVTT
Cotation site labelisé

Définition des niveaux :

Vert : Très facile, 1 à 3h, 8 à 15 km, pente <7 %, dénivelé < 300m, nature des voies A et B
Bleu : Facile, 2 à 3h, 15 à 25 km, pente <12 %, dénivelé < 300 à 500m, nature des voies B et C
Rouge : Difficile, 2 à 4h, 15 à 35 km, pente entre 7 et 18 %, dénivelé de 500 à 1000m, nature des voies B, C et D.
Noir : Très difficile, > 4h, > 35 km, pente entre 12 et 18 %, dénivelé > 1000m, nature des voies D et E

Nature des voies

A = voie goudronnée, revêtu ou empierré.
Praticabilité = très bonne revêtement roulant, croisement possible avec une voiture.

B = large chemin forestier, piste en terre, chemin d'exploitation.
Praticabilité = Bonne revêtement moins roulant herbeux caillouteux.

C = Chemin forestier ou agricole avec ornière ou zone humide.
Praticabilité = bonne à moyenne, croisement possible entre 2 VTT.

D = Vieux chemin entre murets, sentier quelquefois encombrés de cailloux, racines d'arbre, branche, rochers.
Praticabilité = moyenne à difficile, croisement difficile, largeur limité à 1 VTT.

E = Sentier muletier, pédestre, bande de roulage très réduite.
Praticabilité = difficile, encombrement latérale, sentier sur creusé, végétation importante, passage très étroit entre arbres et buissons.

Définition des niveaux :

La cotation site labelisé reproduit le niveau de difficulté associé par l'organisme responsable de la trace (Base VTT ou Bike Park).

Non coté - La trace ne fait pas partie d'un site labelisé
Vert - Très facile
Bleu - Facile
Rouge - Difficile
Noir - Très difficile
Double noir - Elite, en descente uniquement

Difficulté physique (VTT musculaire)

Définition des niveaux :

Ce paramètre permet une évaluation de la difficulté globale du parcours (en VTT musculaire) selon 3 critères.

La distance (km)
1 = < 20
2 = 20 à 30
3 = 30 à 40
4 = 40 à 50
5 = 50 à 60
6 = > 60

Le dénivelée maximum entre la montée et la descente (m) :
1 = < 200
2 = 200 à 400
3 = 400 à 600
4 = 600 à 800
5 = 800 à 1200
6 = > 1200

Et la praticabilité (prendre le chemin majoritaire dans la course)

1 = Voie goudronnée, revêtue ou empierrée.
Praticabilité = Très bonne, revêtement roulant, croisement possible avec une voiture.
2 = Large chemin forestier, piste en terre, chemin d'exploitation.
Praticabilité = Bonne, revêtement moins roulant herbeux caillouteux.
3 = Chemin forestier ou agricole avec ornière ou zone humide.
Praticabilité = Bonne à moyenne, croisement possible entre 2 VTT.
4 = Vieux chemin entre murets, sentier quelquefois encombré de cailloux, racines d'arbres, branches, rochers.
Praticabilité = Moyenne à difficile, croisement difficile, largeur limité à 1 VTT.
5 = Sentier muletier, pédestre, bande de roulage très réduite.
Praticabilité = Difficile, encombrement latéral, sentier surcreusé, végétation importante, passage très étroit entre arbres et buissons.
6 = Sentier muletier, pédestre, bande de roulage très réduite en terrain pentu avec virage en épingle
Praticabilité = Difficile encombrement latéral, sentier sur creusé, végétation importante, passage très étroit.

La difficulté est alors calculée par le choix du maximum de tous ces paramètres.

Difficulté technique
Fiets (?) 11.6

Définition des niveaux :

Ces cotations ne s'entendent non pas comme la cotation maximale sur un passage, mais comme une moyenne sur toute la section. En matière de technique à VTT le spectre de pratique est si grand que quand c'est trop facile, trop large, on ne trouve pas de plaisir de pilotage, et au contraire si c'est trop technique on est à coté du vélo... La cotation technique est donc là pour vous situer et choisir des itinéraires à votre niveau, avec globalement le sentiment d'avoir pris plaisir à le parcourir (en dehors des autres plaisirs paysage/physique).

1 = Il s'agit de voies larges, pistes, ou de sentiers plus étroits, mais sans grande courbe, quasi plats ou pentus mais lisses ! S'adresse à toute personne sachant pédaler : Le placement sur le vélo n'a aucune importance, il faut juste rester en selle et pédaler pour garder son équilibre, et savoir freiner.

2 = Il s'agit de sentier larges, peu pentus et présentant peu d'obstacles. Le placement sur le vélo consiste à ce niveau à pencher le vélo pour prendre les virages (plus ou moins rapidement). C'est généralement le niveau des initiés , ou des débutants doués.

3 = Le sentier se fait étroit (30cm) et plus sinueux, mais toujours dénué de gros obstacles nécessitant un gros ralentissement. Le positionnement sur le vélo doit être plus précis : pied en bas extérieur dans les virages, aisance dans les épingles, passage en arrière du vélo dans les zones plus raides. C'est le niveau de la grande majorité des pratiquants réguliers. Sur le grand parcours de n'importe quelle randonnée organisée, on voit surtout des vététistes de ce niveau.

4 = En plus d'être étroit et sinueux, le sentier lui même présente des difficultés qui obligent à placer la roue dans quelques cm, de se positionner sur le vélo de manière précise, de savoir moduler son freinage pour passer lentement. On peut rencontrer des marches assez hautes qui nécessitent des capacités en franchissement, des épingles fermées, un terrain fuyant, une forte pente. C'est le niveau de beaucoup de vététistes qui n'aiment pas poser le pied et apprécient un certain engagement.

5 = Par rapport au niveau précédent la notion d'équilibre sur le vélo et de lecture du terrain monte d'un cran. Il ne s'agit plus de passer des obstacles au ralentit, mais d'être à la limite de l'équilibre. On est très proche du trial : épingles à passer obligatoirement en nose turn obligatoire, marches très hautes etc.

6 = On prend les difficultés du niveau 5 et on les additionne, c'est à dire qu'on peut combiner pente très raide avec épingles trialisantes !

Engagement
Climbbybike (?) 193.9

Définition des niveaux :

L'engagement de la course inclut différents critères : le degré d'isolement, l'altitude, la longueur de la course et la dénivellation qui vont jouer sur l'état de fraîcheur du VTTiste et donc sur ses capacités physiques à négocier un passage délicat.
On peut aussi ajouter à l'engagement certains caractères influents sur le moral du VTTiste : la météo, la praticabilité du circuit. Il n'est pas toujours facile de rouler la peur au ventre en pensant aux blessures d'une chute éventuelle.
L'engagement est donc subjectif et évolue en fonction de la personnalité, de l'expérience et de l'entraînement du VTTiste.

1 = Faible
2 = Peu important
3 = Important
4 = Exposé
5 = Très exposé
6 = Extrêmement exposé

Poussage & Portage

Définition des niveaux :

1 = Aucun poussage ni portage
2 = Petits poussages possibles (suivant son aptitude à grimper ou descendre)
3 = Poussage sur distance d'au moins 100m
4 = Petits portages de quelques mètres
5 = Portage de 10 à 100 m en distance
6 = Portage plus de 100 m en distance

Trace GPS
Trace GPS Trace GPS inversée
Envoyer sur Dropbox
Envoyer par email Modifier sur OpenTraveller Imprimer
Météo (par OpenWeather)
prevision meteo
5 déc 2020 -13°C - -6 °C Chutes de neige
prevision meteo
6 déc 2020 -12°C - -6 °C Chutes de neige
prevision meteo
7 déc 2020 -11°C - -7 °C Légères chutes de neige
prevision meteo
8 déc 2020 -10°C - -7 °C Chutes de neige
prevision meteo
9 déc 2020 -9°C - -6 °C Légères chutes de neige
Itinéraire

Le deuxième jour du périple autour du Valier concocté par Rowel, en tout 120 km et 5000 m de D+ sur 2 jours.

Revivre cette trace en 3D sur ce lien.


Voici le texte du CR par Enez Vtt sur Plani-cycles :

A 5h30, les lumières du petit jour percent à travers les fenêtres. Je ne résiste pas à l’idée de voir le lever de soleil. Je pique l’APN à Roland qui digère son aligot et me balade sur les bosses entourant la Jasse. L’ambiance est magique. Un à un, les cyclistes se lèvent. Petit déjeuner dans une ambiance calme et insouciante..On ne pense pas trop à ce qui nous attend... Les restes d’aligot et de cochon sont achevés, ce serait dommage de laisser ça au chien.


Départ à 8h15. Les VDMistes ne sont pas des lève-tôt.

Le décrassage commence par une descente free ride dans les traces de vaches. Le réveil est brutal, les vertèbres sont remises en place ! Puis on entre dans la forêt. On roule, glisse, porte le vélo, passe des torrents assez casse-gueule, enjambe des arbres. Puis nous retrouvons un bon sentier en fond de vallon et débouchons sur une jasse magnifique (combe de l’Amech), c’est bucolique. Le sentier s’élargit pour rentrer dans une forêt de buis dense, c’est ludique et rapide. On rejoint une piste raide, avec des gros pavés après la conduite forcée, puis la route d’Estours à Couflens.

Il nous aura fallu faire une heure 30 pour parcourir ces 9 premiers km, de descente… On reste donc en Ariège.

Arrivés au pont, on arrime le chargement sur les vélos en mode montée, avec le max de poids sur le vélo. Il faut dire qu’on a devant nous 1720 m de D+ en 26 km… jusqu’au Port d’Aula, la plus longue montée en continu jamais effectuée pour beaucoup d’entre nous. Il va falloir gérer avec la chaleur qui s’est invitée. Mais quasiment tout le monde a parcouru cette montée, ça rassure plus ou moins.


Le début se passe sur le goudron jusqu’à Couflens, où on remplit les bidons pour boire et faire la cuisine à midi. On tourne à droite pour prendre la route régulière mais raide à 9% de moyenne sur les 8,4 km jusqu’au col de Pause atteint après 1h40 de montée. Il fait chaud, l’ombre est très rare, c’est long. Heureusement peu de voitures. Roland en profite pour faire du bois.


Au col, on sort les réchauds, au menu pâtes à la bolognaise, nouilles chinoises, purée et surtout une sieste de 10 min à l’ombre, avec un point de vue magnifique sur le Valier. Halte bien réparatrice, comme dit Jean-Pierre, le Port d’Aula, faut prendre son temps.


On remonte sur les montures pour entamer la piste. Plus que 700 m de D+ jusqu’au col, et la pente s’adoucit. La piste fait de nombreuses épingles, bien plates. En prenant de l’altitude, on voit toutes celles qu’on a passées, mentalement ça aide. Mais l’alti ne monte pas vite. Au refuge forestier de l’étang d’Areu, on a prévu de remplir les outres. Bruno finit par nous trouver un point d’eau, en fait un tuyau de vidange coincé dans une trappe technique. Il fallait le trouver… dommage que l’ONF n’ait pas mis un point d’eau sur ce refuge fraîchement restauré, mais fermé. Ce jet vertical n’est pas très pratique pour remplir nos réservoirs, mais avec quelques notions de plomberie, on s’en sort.


On repart pour les 400 derniers mètres, dans ce paysage dont on ne se lasse pas (ou presque pas). Il faut persévérer et oublier ce mal de fesses renforcé par le poids des sacs et le fait de monter au train, sans à-coups. Pour se soulager, certains coupent les épingles en portant le vélo.


15h10, 2270 m, Port d’Aula, Olla l’Espagne. Grosse pause pour les premiers arrivés, et les derniers emmenant les nuages avec eux, on ne s’attarde pas trop. Philippe nous guide dans la descente, qu’il a plusieurs fois parcourue mais jamais par le même endroit. Objectif, atteindre la piste de Montgarri 700 m plus bas. Le début de la descente se passe en free ride lisse, puis ça s’enchaîne sur des sentiers plus ou moins bien marqués. Une descente qui roule globalement, ça se fait rare ! Et c’est très agréable. Après avoir coupé la piste montant au Port de Salau, on rentre dans une partie inconnue. En fait, on suit le GR jusqu’à traverser la Noguera Pallaresa.


Il est 16h20, il nous reste 500 m de D+ et une vingtaine de km à parcourir. Allez, on y est presque. C’est sur une piste que l’on remontera ce torrent, au milieu de riches pâturages, le paysage est somptueux. On croise bien quelques 4x4 mais ce n’est pas gênant... ça monte, ça descend, mais on avance bien, on profite. A un croisement, on opte pour aller voir Montgarri, ancien village abandonné dont l’église a été restaurée. Je signale que ce choix est avant tout culturel, bien que le mot « bar » inscrit sur une pancarte fasse exploser la moyenne horaire en 500 mètres.


On arrive au sanctuaire de Montgarri en passant sur un pont puis on pénètre dans la cour par un portique au milieu de touristes en 4x4. Pour nous, c’est un peu la relâche, des boissons fraîches, on tombe les tee-shirts pour faire profiter les touristes de l’effort qu’on a fourni. On donne à ce lieu le fumet assez intense du vélo de montagne. Pour couronner tout ça, je lâche involontairement quelques éructations liées à une réhydratation fraîche et trop rapide. Ainsi, nous nous retrouvons enfin seuls pour profiter des bancs ombragés, après une résistance et quelques insultes en catalan qu’on n’a pas su traduire. Les bières et jus de fruits absorbés, on en profite pour visiter l’église, lieu de pèlerinage du secteur. Pour nous, le chemin de croix n’était pas si terrible.


C’est reparti en remontant par une piste rive gauche la vallée. Là, ce n’est pas la vue du mot « bar » qui nous fait opter pour ce chemin, mais la vision de Suédoises sur ce versant par nos éclaireurs. Perso, j’ai pas vu de Suédoises, mais le parcours est très agréable. Les paysages s’ouvrent, on passe au pied du vallon du Port d’Orle, on fait dos au Barlonguère recouvert de nuages, et la vue embrasse les Encantats et le cirque de Colomers. 1890 m, le dernier col, la dernière suée. Les lumières de fin d’après-midi nous accueillent au Pla de Beret. Il ne devait rester plus que 3 km de descente, mais Cyrille et son cadre de vélo se sont une nouvelle fois embrouillés, jusqu’à la rupture. Un nouveau déchirement. Le dernier ? Il rejoindra Salardu par la route. Pour le reste du peloton, on enchaîne cette descente rapide sur piste, puis sur sentier. Baguergue. Il ne reste plus qu’une montée pour rejoindre la voiture. Il est 19h00. Les compteurs indiquent 119 km, entre 4500 m et 4800 m de D+, en deux journées de 11h00... ça y est, on l’a fait.


Quelques ablutions dans le torrent effectuées, on retrouve Cyrille à Salardu, avant de s’attabler sur une place animée de Vielha. Puis retour à Toulouse pour un atterrissage en douceur les jours qui suivent.


Comme prévu, ce circuit était stupide à souhait mais fort réjouissant. Les amoureux de la découverte ont été comblés. Cette trace travaillée en carto 2D, en s’imaginant les passages qui a pris forme tout au long du WE, c’est du bonheur.


Merci à tous pour ces deux fabuleuses journées, pour ces images et ses sensations gravées dans la tête, cette bonne humeur partagée, cette organisation de la part de Roland, et globalement on a tous apporté notre pierre à ce beau parcours. Finalement, c’était inutile, ça ne manquait pas de cailloux….


@ plus pour les prochaines aventures pyrénéennes !

Accès au départ
Couflens de Betjamou.

Remarques

Cabane de Subera.
Itinéraire d'accès
Remarques sur la difficulté

Du véritable vélo de montagne dans les Pyrénées ariégeoises.

Bonus vidéo : en Ziq - JPR31

Remarques sur le portage
Des toutes petites sections.
Commentaire de l'auteur sur la sortie
Praticabilité
Hors neige et beau temps, car navigation à vue pour la redescente sur l'Espagne.
Liens de partage
Pour établir un lien vers ce parcours à partir d'un site web, copier le code suivant et insérer-le à l'endroit souhaité dans le code source de la page HTML de ce site:
QR code
Lien URL
Code HTML
iFrame topo
iFrame carte
Commentaires sur cet itinéraire
Commentaires propulsés par Disqus

Avertissement

Les parcours qui sont présentés dans cette section sont des comptes rendus de randonnées VTT qui présentent un caractère subjectif et grandement conditionné par le niveau technique de leur auteur, sa maîtrise du pilotage, le type de VTT utilisé ainsi que les conditions de réalisation. Les renseignements sont donnés à titre indicatifs et peuvent se révéler obsolètes par suite d'une évolution du terrain ou de l'environnement.
En aucun cas UtagawaVTT n'incite les utilisateurs à fréquenter les randonnées décrites sur le site et ne pourra être tenu pour responsable de l'utilisation des topos, traces GPS et des éventuels incidents qui peuvent survenir sur les parcours proposés.